__gaTracker('send','pageview'); baniere tiassale
Templates by BIGtheme NET
Flash
Accueil » RELIEF ET VEGETATION

RELIEF ET VEGETATION

1) Données physiques
a- Le sol
L’étude pédologique générale de la Côte d’Ivoire situe Tiassalé dans une zone à sol ferrallitique fortement désaturé sous une pluviométrie atténuée. Ce sont donc des sols qui ont perdu toute une partie de leur base échangeable, soit par suite d’érosion soit par suite d’hydromorphie.
Le sous-sol de la région est essentiellement schisteux, introduit par différentes venues granitiques telles le granite de Tiassalé – N’douci, de Binao, Boussoué, Taboitien, etc.
On note aussi à côté de ces sols, des intrusions basiques formant les collines de Singrobo qui sont d’origine profonde. Seule la minéralisation de l’or a été mise en évidence dans la région sur le plan de l’indice minier.
Comme tous les indices d’or trouvés en Côte d’Ivoire, celui-ci est limité aux intrusions des roches basiques (Singrobo) et aussi à des filons démantelés autour de Taboitien. Les différentes teneurs observées dans le département restent relativement faibles, aussi seule la zone de Singrobo-Ahouakro semble intéressante pour une exploitation de type artisanal.
En plus de ces sols ferrallitiques fortement désaturés, il existe deux autres types de sols :
– sols sur roches basiques et zone de cuirassement formés de fragments de roches dures et caractérisés par la rareté ou l’absence d’éléments meubles
– sols ferrugineux caractérisés par un mélange de sable épais et d’argile.
Ces sols sont peu fertiles dans la sous-région Baoulé et autour du fleuve N’zi.
b- Le relief
Le relief est plat et peu accidenté. Il existe ni chaînes de montagnes ni collines.
2) La faune et la flore
Deux écosystèmes se partagent le territoire des deux départements
– au nord, une savane arborée issue de l’avancée du V Baoulé et dominée par les rôniers et par la présence de l’imperata cylindrica ;
– au sud, une forêt dense avec des essences forestières telles le fromager, le framiré, l’iroko, le samba etc.
Par ailleurs, on note une superficie de forêt protégée de 60 ha environ. Globalement, les massifs forestiers du département se répartissent comme suit
• mopri : 32 500 ha
• goudi : 9 000ha
• kavi : 12 000 ha
• Kassa : 7 500 ha
Il existe en outre au niveau de la zone de savane, une réserve naturelle intégrale de LAMPTO qui couvre une superficie de 12 500 hectares. C’est le lieu de signaler que les forêts classées de Kassa et de Singrobo constituent des réserves botaniques :
– Arrêté n°10415 du 1er Mai 1935 pour le Kassa
Ces deux forêts ont eu des parties amputées au profit des populations rurales.
En dehors des forêts classées, tout le domaine forestier rural a été abattu pour l’agriculture. Il persiste çà et là quelques lambeaux de forêts qui sont la propriété de certaines familles ou villages et qui sont mis en défens en attendant leur mise en valeur.
De nos jours, seuls les grands massifs forestiers classés abritent encore des espèces d’antilopes, de primates, de grands mammifères (Buffles, Bongos) et de pachydermes (éléphants dans la réserve de (Mopri). On y observe aussi une avi- faune encore intense. Dans le domaine forestier coutumier soumis à un braconnage sans merci, les espèces faunistiques majeures se raréfient de plus en plus et au fil du temps.
Quant à la faune aquatique, seuls les hippopotames peuplent encore les eaux de Tiassalé et quelques poches d’eau profondes du Bandama et du N’zi. Les crocodiles se font rares.
D’une manière générale, la bio-diversité du domaine forestier se raréfie et est menacée de disparition totale pour de nombreuses espèces.
La population halieutique des fleuves Bandama et N’zi, a perdu elle aussi en diversité, suite aux perturbations causées par le barrage de Taabo.
1.2.4. Le climat
Les départements de Tiassalé a un climat attiéen caractérisé par 4 saisons :
– une grande saison des pluies (Avril à Juillet) pendant laquelle tombent les 2/3 des précipitations annuelles ;
– une petite saison sèche (Août à Septembre) ;
– une petite saison des pluies (Octobre à Novembre) ;
– une grande saison sèche (Décembre à Mars), période où l’air est sec sous l’influence de le harmattan.
D’une façon générale, l’analyse des documents disponibles (rapports Zone) fait apparaître une pluviométrie minimale de 39,83 mm en Janvier et maximale de 156,48 mm en Juin. (Moyenne de 2003 à 2006). La connaissance de ces données essentielles permet une meilleure rentabilisation des mises en place des cultures.

www.agneby-tiassa.ci

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

ăn dặm kiểu NhậtResponsive WordPress Themenhà cấp 4 nông thônthời trang trẻ emgiày cao gótshop giày nữdownload wordpress pluginsmẫu biệt thự đẹpepichouseáo sơ mi nữhouse beautiful